* Omble arctique

Sommaire

Thème Plus d'infos
  • Norvège comté du Nord 

Plus d'infos

 

 

Omble arctique, (arctic char en anglais), omble chevalier

Omble est un nom vernaculaire ambigu en français. Ce terme désigne divers espèces de salmonidés du genre Salvelinus.  Certains de ces poissons ont plusieurs noms possibles

Omble d'Amérique - Salvelinus namaycush

Omble de l'arctique - Omble chevalier Salvelinus alpinus ou Salvelinus alpinus alpinus 

Omble du Canada - Omble d'Amérique

Omble de fontaine - Salvelinus fontinalis et Salvelinus malma malma

Omble malma - Salvelinus malma malma

Omble du Pacifique - Salvelinus malma

L'omble de l'Arctique ou omble chevalier (Salvelinus alpinus) vit à la fois en eau douce et en mer.

Il fait partie de la famille des salmonidés.  Son habitat est circonscrit aux régions arctiques et subarctiques, les eaux côtières et les lacs alpins.
On ne trouve aucune autre espèce de poissons d'eau douce vivant aussi loin au Nord. Elle est la seule espèce de poisson dans le lac Hazen, sur l'île d'Ellesmere dans l'Arctique canadien.

Elle est l'une des espèces de poissons les plus rares en Grande-Bretagne et ne se retrouve que dans les fonds froids des lacs glaciaires principalement en Ecosse,  elle se trouve aussi dans les lacs profonds de montagne d'Irlande.
Dans d'autres parties de son aire d'occupation, comme la Scandinavie, l’omble est beaucoup plus commun   En Sibérie,il est connu sous le nom golets et il a été  introduit dans les lacs où il menace les espèces endémiques, parfois moins rustiques,

L'omble arctique ou l'omble chevalier est apparenté à la fois au saumon et à la truite dont il partage de nombreuses caractéristiques.

En règle générale, l'omble arctique est un poisson dont le poids se situe entre 900gr et 2,3 poids (900 g et 2,3 kilogrammes).
La couleur de la chair de l'omble peut varier du rouge vif au rose pâle .

En Europe

L’omble chevalier européen serait originaire du grand lac Ancylus qui s’étendait à l’emplacement de la mer Baltique pendant la dernière glaciation. À la fin de celle-ci, il y a à peu près 11 000 ans, il a remonté les fleuves d’Europe et a colonisé les grands lacs au fur et à mesure du dégel, avant de s’y acclimater et de s’y sédentariser.

En Amérique du Nord

La sous-espèce oquassa, présente dans le sud du Québec (Canada), est isolée en eau douce. Elle serait originaire de la mer de Champlain qui couvrait une partie du territoire québécois avant la fin de l’ère glaciaire.

Elle constitue un vestige des populations anadromes qui vivaient dans la mer de Champlain et l’océan Atlantique il y a environ 12.000 ans et présente une grande valeur sur le plan génétique et patrimonial. On la retrouve sur la Côte Nord, au Saguenay, en Gaspésie, dans la région de Québec, en Mauricie, dans Lanaudière et en Outaouais.

Un Omble chevalier  peut peser 20 lb (9 kg) et plus selon des records enregistrés par des pêcheurs à la ligne dans le Nord du Canada  où il est connu comme Iqaluk (tariungmiutaq en inuit) .
Les poissons lacustres sont plus petits que les anadromes. Ce poisson est sur la liste des espèces susceptibles d’être menacées ou vulnérables.

Le sous-groupe anadrome,- largement présent au nord du 55e parallèle, n’est pas menacé. Il descend vers la mer au printemps et remonte les rivières à l’automne pour frayer, a une distribution circumpolaire. Il se retrouve dans le nord de l’Amérique, l’Eurasie, l’Islande, le Groenland et les îles arctiques.

L’omble chevalier est le seul représentant du genre Salvelinus originaire d’Europe. Il est considéré comme le roi des poissons dans les lacs alpins. Il est cependant très sensible à la pollution. Jeune, il vit en groupe, mais, plus âgé, il devient solitaire. Il se nourrit de petits mollusques, de larves d’insectes, de vers de petits crustacés et de débris de végétaux. Adulte, il devient essentiellement piscivore.

En France, l’omble chevalier est présent dans 130 lacs environ, alors qu’en 1850, seuls quatre lacs possédaient une population endémique, le lac Léman, le lac du Bourget, le lac d'Annecy et le lac de Paladru. Introduit depuis la fin du XIXe siècle à partir de la seule souche du lac Léman, on peut aujourd’hui rencontrer ce poisson dans des lacs comme les lacs de Chambeyron, à 2 841 m et 2 815 m, les lacs de cratère du massif central, comme le lac Pavin, les barrages profonds des Alpes, et même aux îles Kerguelen en zone sub-antarctique.

Techniques de pêche.

Dans les pays nordiques, l’omble arctique se pêche à différentes techniques nymphe, mouche, vers, leurres. Les moucheurs utilisent des mouches de moyen format nageant juste sous la surface où dans le film.
La pêche au ver se pratique à la traîne, le ver évoluant derrière une série de 4 ou 5 palettes tournantes  de couleur rouge ou cuivrée. 

Gastronomie et santé

De nombreux gastronomes placent la chair de l’omble chevalier en tête des poissons sauvages. 
Dans les grands lacs subalpins français, le Léman, le Bourget et Annecy, l’omble chevalier est recherché à la fois par les pêcheurs amateurs et professionnels, mais, devant une demande de consommation croissante et depuis les années quatre-vingt, en Europe, une petite production locale en ferme d’élevage s’est mise en place dans les zones de montagne, afin d’avoir une  eau froide (< 10 °C toute l’année), ce qui a permis aux fermes d’élevage de diversifier leurs productions.

L'omble étant un prédateur, il peut bioconcentrer certains polluants ou toxiques, dont les métaux lourds et les PCB.
La pêche de l'omble dans le Léman après avoir été interdite en France au printemps 2008 en raison de taux trop élevés de PCB a été rouverte en août 2008, mais la commercialisation est interdite pour les ombles de plus de 39 cm, car contenant trop de PCB. Cette interdiction devrait aussi concerner les cantons suisse de Vaud, Genève et du Valais.

3.Pays où nous le pêchons