> Islande

Sommaire

Destinations

Rivières Plus d'info
  • La rivière Sog
Plus d'info
  • La Holsa (Ranga Junction)
Plus d'info
  • La Nordura
Plus d'info
   

Présentation du pays

L’Islande, (en islandais Ísland, littéralement « terre de glace »), est un État insulaire de l’océan Atlantique Nord, situé entre le Groenland,et l’Écosse, au nord-ouest des îles Féroé. Située sur la dorsale médio-atlantique, elle compte de nombreux volcans.

Le pays a une superficie de 103 000 km² et une population d'environ 320 000 habitants. Sa capitale, sa plus grande ville, est Reykjavík. L'islandais en est la langue officielle.

Avant la crise économique de 2008, l'Islande était au deuxième rang des pays les plus développés au monde selon l'indice de développement humain (IDH) de 2006 après la Norvège. Son économie est basée sur un système d'économie mixte où les services, la finance, la pêche et les industries sont les principaux secteurs. Le pays est membre de l'ONU, de l'OTAN, de l'AELE, de l'OCDE, et de l'EEE. L'État ne fait pas partie de l'Union Européenne, mais à la suite de la candidature déposée le 17 juillet 2009, elle pourrait entrer dans L'Union.

Histoire
Articles détaillés : Histoire de l'Islande et Chronologie de l'histoire de l'Islande.

L'Islande est habitée depuis le IXe siècle. L'État libre islandais a été établi en 930, quand l'Althing, le plus vieux parlement au monde, s'est réuni pour la première fois. Cette république a duré jusqu'en 1262, date à laquelle le pays s'est soumis au roi de Norvège. En 1380, l'île est passée sous la domination danoise pendant plus de cinq siècles. Elle est devenue une république indépendante en 1944.

Géographie
L’Islande est située au milieu de l’Atlantique sur la dorsale médio-océanique entre l’Europe et l’Amérique. D’où le grand nombre de tremblements de terre et de volcans. Environ 10 % de l'île est par ailleurs recouverte de glaciers. Il y a quatre glaciers importants : le Vatnajökull, le Hofsjökull, le Langjökull et le Myrdalsjökull. Son point culminant est le volcan Hvannadalshnjúkur avec 2 119 m.

L’île étant traversée par le rift de la ride médio-atlantique, la plupart de l'activité volcanique et géothermale se situe le long de ce graben, là où le magma est le plus près de la surface. Ainsi, d’un point de vue de la tectonique des plaques, la partie nord-ouest de l'Islande est sur la plaque américaine et la partie sud-est est sur la plaque eurasiatique.

Contrairement au Groenland voisin, l’Islande est considérée comme faisant partie politiquement de l’Europe, et non de l’Amérique : si elle se situe en effet à cheval sur le rift de séparation des deux continents, la plus grande partie de son territoire est du côté européen du rift ; culturellement et historiquement, sa population est d'origine européenne et non indienne/inuit.

L'Islande possède un climat océanique tempéré, soumis à l'influence des vents froids polaires. Grâce au Gulf Stream, ses côtes sud et ouest bénéficient d'une température bien plus clémente en hiver que New York. Les températures ne s'éloignent jamais beaucoup de 0 °C (5 °C en moyenne annuelle à Reykjavik, 3,8 °C à Akureyri). Les précipitations varient du nord au sud. Akureyri, au nord, a un total inférieur à 500 mm, alors qu'au sud certaines stations atteintes de plein fouet par les tempêtes océaniques ont un total pluviométrique annuel qui peut dépasser 2 000 mm.
Carte politique de l’Islande.

L’Islande compte une importante activité géothermique constituée de solfatares et de sources thermales, dont les geysers (ce mot étant lui-même d’origine islandaise). L’abondance d’une telle énergie géothermique fait que la plupart des habitants ont accès à l’eau chaude et au chauffage domestique pour des prix très modiques. L’électricité, de même, est produite facilement grâce aux nombreuses rivières et chutes d’eau, utilisées par l’industrie hydroélectrique.

En aval du Vatnajökull, le plus grand glacier d’Europe, le barrage hydroélectrique de Karahnjukar alimente une usine d’aluminium Alcoa. 57 km² de terres sont submergées. Ce barrage a fait aussi disparaître 50 chutes ou cascades en bloquant le fleuve Jökulsa. En 2007, l'État a créé le parc national de Vatnajökull pour compenser les étendues sauvages perdues au profit de Karahnjukar, formées surtout de glace.

Les côtes de l’île sont découpées de fjords, où sont situées la plupart des agglomérations, les terres intérieures, ou « Hautes Terres d'Islande », sont en effet constituées principalement de déserts inhabitables. Les principales villes du pays sont Reykjavík, Keflavík (lieu d'implantation de l’aéroport international) et Akureyri, un port important du nord de l'île.

Plus de la moitié de la population vit à Reykjavík et dans le sud-Ouest de l’île principale (qui est totalement située au Sud du cercle arctique et connaît donc une alternance jour/nuit toute l’année, même si la durée de clarté du jour est très courte en hiver, et les nuits sont très courtes en été) ; l’est de l’île ne compte que 12 000 habitants, vivant exclusivement de la pêche. L’île de Grímsey, sur le cercle polaire arctique, constitue le lieu habité le plus septentrional d’Islande.

En dehors des villes, les fermes traditionnelles sont en bois à l'abri des vents dominants, leurs toitures couvertes d'une épaisse couche de tourbe. Elles comportent une maison d'habitation où la famille vit souvent dans une pièce commune et des étables aménagées pour accueillir les moutons en hiver.

Ces caractéristiques géographiques exceptionnelles ont permis à l'île de développer un tourisme en plein essor.

Depuis l'ère tertiaire, cette île de 103 000 km² ne cesse en effet de se transformer à cause de l'activité volcanique permanente ; ses contours sont donc en évolution relativement rapide (à l'échelle des temps géologiques).

Quels poissons pêcher ?